• FR
  • 01 40 54 30 04

L’épilation définitive est (trop) souvent temporaire

 

Au Centre Clinic Cryo Esthetic, l’épilation définitive mérite vraiment son nom

 

 

L’ÉPILATION DÉFINITIVE : COMMENT ÇA MARCHE ?

Le principe de l’épilation par l’utilisation du laser est de détruire le poil grâce à la chaleur émise par un rayon de lumière condensée : celui du LASER (Light Amplified Spectrum Emission Radiation), caractérisé par sa longueur d’onde. En raison de sa puissance de pénétration, le LASER « Diode 808 nm » utilisé au Centre Clinic Cryo Esthetic doté de la technologie « en mouvement » produit un dommage thermique sur les cellules souches de la matrice du follicule assurant ainsi sa destruction. Cette désagrégation du follicule empêche toute repousse de poils dans le futur.

Comment détruire le poil sans bruler la peau ? 

La coloration de la peau et des poils est dû à un pigment : la mélanine. Quand nous bronzons, nos cellules produisent plus de mélanine. Ce pigment absorbe l’énergie du rayon lumineux, et la restitue sous forme de chaleur. C’est ce qui se passe quand nous nous exposons au soleil. De même, le rayon du LASER transporte une énergie qui, lorsqu’elle est absorbée, sera convertie en chaleur. La longueur d’onde unique et précise du LASER lui permet de « cibler » spécifiquement la mélanine contenue dans les poils, ce qui explique son efficacité. Une question se pose alors : comment brûler la mélanine du follicule pileux que nous voulons détruire sans brûler la peau ? Car si le poil et la peau – et à fortiori une peau bronzée – contiennent la mélanine, alors le rayon de lumière risque de brûler les deux. Il faut donc chauffer pour détruire le bulbe pileux sans agresser la peau : être efficace sans brûler. Les dernières générations d’appareil LASER pour épilation utilisés par le Centre Clinic Cryo Esthetic sont conçues pour que cette énergie soit mieux absorbée par le follicule pileux, et peu captée par les tissus environnants. Afin de réduire au maximum le dommage thermique sur les cellules de la peau, ces appareils sont dotés d’un système de refroidissement de l’appareil qui émet le rayon LASER. On chauffe donc une zone plus profonde de la peau, là où se situent les bulbes du poil, sans brûler la peau en surface qui a été préalablement refroidie, en général autour de 4°C. On appelle ce procédé la photo thermolyse sélective. Comme la pièce à main est en mouvement, la chaleur délivrée est répartie sur une zone large : elle n’est donc pas ressentie comme une brûlure ou une douleur. L’épilation LASER est ainsi obtenue sans que ce soit une séance de torture : elle est sans douleur. Ces appareils permettent une prise en charge de tous les phototypes de peau, et de tous les types de poils.

Un LASER à ne pas mettre entre toutes les mains

Les lasers de dernière génération sont assez puissants pour pénétrer assez profondément sous la peau. Cette puissance va permettre de brûler la racine du poil en profondeur. C’est la raison pour laquelle il existe des diplômes universitaires formant les médecins à leur utilisation. L’utilisation du LASER n’est donc pas autorisée pour tout le monde. S’il existe une réglementation, c’est pour une raison très simple : l’utilisation de laser est un acte médical. Et la manipulation d’un LASER est réservé aux médecins. C’est pourquoi de nombreuses propositions « d’épilation laser » qui vous sont faites sur le marché, notamment en Institut de beauté, n’utilisent en réalité pas de LASER, mais un autre type d’appareil, non soumis à réglementation, moins efficace : la lampe FLASH.

Une lampe FLASH ? Non, merci. 

Le LASER est l’émission d’une lumière caractérisée par une longueur d’onde précise. La lampe FLASH, elle, est une lumière puissante passée à travers un filtre, ce qui lui confère sa couleur. C’est donc une lumière de longueurs d’onde multiples situées dans une bande passante. Pour simplifier : une lampe flash (ou appareil à lumière intense pulsée) correspond à une multitude de LASERS. Elle se comporte comme un LASER imprécis qui tirerait dans plusieurs longueurs d’onde en même temps, qui « arroserait très large », pour prendre une image. Cette énergie est certes absorbée par le poil, mais peut aussi l’être par les tissus environnants. Il existe donc un risque important de brûlure avec ce type de technologie, surtout dans les derniers temps du traitement d’épilation, au moment où ne subsistent que quelques poils fins qui repoussent. La lampe FLASH ne possède pas la spécificité du LASER. Elle est donc à la fois moins précise, moins spécifique, moins puissante. Et moins sûre. Lors des premières séances, les follicules sont denses et absorbent vite l’énergie. Les résultats sont souvent spectaculaires. Les séances suivantes, il ne persiste que des poils fins qui absorbent moins. C’est à ce moment-là que nous avons besoin de plus de précision en ce qui concerne l’absorption de l’énergie, car il devient nécessaire d’augmenter la puissance du rayon lumineux. C’est à ce moment que le risque de brûler les tissus avoisinants devient important si l’on ne dispose pas de la bonne technologie. Ce risque est parfaitement maitrisé avec un LASER. Et vous remarquerez peut-être que c’est bien souvent à ce moment du traitement que l’Institut de beauté auquel vous avez fait confiance vous envoie chez un dermatologue pour terminer le travail, car à ce stade le risque devient trop grand de bruler la peau avec la technologie de lampe FLASH dont il dispose. La science intégrale de l’anti-âge du Centre Clinic Cryo Esthetic vous garantit l’utilisation par un médecin diplômé de LASER de toute dernière génération. De cette manière, vos séances d’épilation définitive seront à la fois ultra-sûres et ultra-efficaces.

Combien de séances, et à quel rythme ? 

Il faut savoir que le poil évolue de façon cyclique qui diffère d’un endroit à l’autre du corps selon l’âge et l’individu. Si nous naissons tous avec un capital pileux de quelque 5 millions de follicules sur le corps, ceux-ci sont inégalement répartis de la chevelure aux jambes. Les tiges pilaires suivent un cycle de vie de 4 mois à plusieurs années au cours duquel elles naissent, deviennent adultes, vieillissent et meurent. Le cycle pilaire se perpétue grâce à la matrice germinative et au bulbe qui sont responsables de la repousse des nouveaux poils. La condition pour obtenir réellement l’épilation définitive d’une zone est d’intervenir au moment du cycle où le poil est en phase de croissance. Car sur une même zone du corps cohabitent en même temps des « poils » dans les 3 phases de leur vie :

  • La phase de croissance (anagène) du poil = séance laser efficace.

C’est la phase qui aboutit à la formation d’un nouveau poil. Elle dure entre un et trois mois. C’est la seule phase du cycle pilaire où la racine est chargée de mélanine qui absorbera la lumière du LASER.

  • La phase de mort (télogène) du poil = séance laser inefficace.

Elle dure entre 3 mois et 6 mois avant d’aboutir à la chute du poil. C’est une phase de repos durant laquelle le poil tombe, en préparation du développement d’un nouveau poil.

  • La phase de reconstitution (catagène) du poil = séance laser inefficace.

Elle est courte et transitoire, elle marque le début de l’involution du poil lorsque le bulbe (partie inférieure du poil) remonte vers la surface cutanée où il sera expulsé. Le LASER est ici inefficace À un moment donné, seulement 10 à 30% de la pilosité d’une zone est en phase de croissance. Lors d’une séance, seuls ces poils sont donc susceptibles d’être détruits par le traitement au LASER. Un cycle pilaire dure de 4 à 18 mois en fonction de la localisation sur le corps. C’est pourquoi plusieurs séances sont nécessaires (en moyenne, entre 5 et 7 séances réparties sur la durée d’un cycle pilaire complet) pour atteindre tous les poils, et réaliser ainsi une épilation définitive… vraiment définitive.

Comment détruire le poil sans bruler la peau ? 

La coloration de la peau et des poils est dû à un pigment : la mélanine. Quand nous bronzons, nos cellules produisent plus de mélanine. Ce pigment absorbe l’énergie du rayon lumineux, et la restitue sous forme de chaleur. C’est ce qui se passe quand nous nous exposons au soleil. De même, le rayon du LASER transporte une énergie qui, lorsqu’elle est absorbée, sera convertie en chaleur. La longueur d’onde unique et précise du LASER lui permet de « cibler » spécifiquement la mélanine contenue dans les poils, ce qui explique son efficacité. Une question se pose alors : comment brûler la mélanine du follicule pileux que nous voulons détruire sans brûler la peau ? Car si le poil et la peau – et à fortiori une peau bronzée – contiennent la mélanine, alors le rayon de lumière risque de brûler les deux. Il faut donc chauffer pour détruire le bulbe pileux sans agresser la peau : être efficace sans brûler. Les dernières générations d’appareil LASER pour épilation utilisés par le Centre Clinic Cryo Esthetic sont conçues pour que cette énergie soit mieux absorbée par le follicule pileux, et peu captée par les tissus environnants. Afin de réduire au maximum le dommage thermique sur les cellules de la peau, ces appareils sont dotés d’un système de refroidissement de l’appareil qui émet le rayon LASER. On chauffe donc une zone plus profonde de la peau, là où se situent les bulbes du poil, sans brûler la peau en surface qui a été préalablement refroidie, en général autour de 4°C. On appelle ce procédé la photo thermolyse sélective. Comme la pièce à main est en mouvement, la chaleur délivrée est répartie sur une zone large : elle n’est donc pas ressentie comme une brûlure ou une douleur. L’épilation LASER est ainsi obtenue sans que ce soit une séance de torture : elle est sans douleur. Ces appareils permettent une prise en charge de tous les phototypes de peau, et de tous les types de poils.

Un LASER à ne pas mettre entre toutes les mains

Les lasers de dernière génération sont assez puissants pour pénétrer assez profondément sous la peau. Cette puissance va permettre de brûler la racine du poil en profondeur. C’est la raison pour laquelle il existe des diplômes universitaires formant les médecins à leur utilisation. L’utilisation du LASER n’est donc pas autorisée pour tout le monde. S’il existe une réglementation, c’est pour une raison très simple : l’utilisation de laser est un acte médical. Et la manipulation d’un LASER est réservé aux médecins. C’est pourquoi de nombreuses propositions « d’épilation laser » qui vous sont faites sur le marché, notamment en Institut de beauté, n’utilisent en réalité pas de LASER, mais un autre type d’appareil, non soumis à réglementation, moins efficace : la lampe FLASH.

Une lampe FLASH ? Non, merci. 

Le LASER est l’émission d’une lumière caractérisée par une longueur d’onde précise. La lampe FLASH, elle, est une lumière puissante passée à travers un filtre, ce qui lui confère sa couleur. C’est donc une lumière de longueurs d’onde multiples situées dans une bande passante. Pour simplifier : une lampe flash (ou appareil à lumière intense pulsée) correspond à une multitude de LASERS. Elle se comporte comme un LASER imprécis qui tirerait dans plusieurs longueurs d’onde en même temps, qui « arroserait très large », pour prendre une image. Cette énergie est certes absorbée par le poil, mais peut aussi l’être par les tissus environnants. Il existe donc un risque important de brûlure avec ce type de technologie, surtout dans les derniers temps du traitement d’épilation, au moment où ne subsistent que quelques poils fins qui repoussent. La lampe FLASH ne possède pas la spécificité du LASER. Elle est donc à la fois moins précise, moins spécifique, moins puissante. Et moins sûre. Lors des premières séances, les follicules sont denses et absorbent vite l’énergie. Les résultats sont souvent spectaculaires. Les séances suivantes, il ne persiste que des poils fins qui absorbent moins. C’est à ce moment-là que nous avons besoin de plus de précision en ce qui concerne l’absorption de l’énergie, car il devient nécessaire d’augmenter la puissance du rayon lumineux. C’est à ce moment que le risque de brûler les tissus avoisinants devient important si l’on ne dispose pas de la bonne technologie. Ce risque est parfaitement maitrisé avec un LASER. Et vous remarquerez peut-être que c’est bien souvent à ce moment du traitement que l’Institut de beauté auquel vous avez fait confiance vous envoie chez un dermatologue pour terminer le travail, car à ce stade le risque devient trop grand de bruler la peau avec la technologie de lampe FLASH dont il dispose. La science intégrale de l’anti-âge du Centre Clinic Cryo Esthetic vous garantit l’utilisation par un médecin diplômé de LASER de toute dernière génération. De cette manière, vos séances d’épilation définitive seront à la fois ultra-sûres et ultra-efficaces.

Combien de séances, et à quel rythme ? 

Il faut savoir que le poil évolue de façon cyclique qui diffère d’un endroit à l’autre du corps selon l’âge et l’individu. Si nous naissons tous avec un capital pileux de quelque 5 millions de follicules sur le corps, ceux-ci sont inégalement répartis de la chevelure aux jambes. Les tiges pilaires suivent un cycle de vie de 4 mois à plusieurs années au cours duquel elles naissent, deviennent adultes, vieillissent et meurent. Le cycle pilaire se perpétue grâce à la matrice germinative et au bulbe qui sont responsables de la repousse des nouveaux poils. La condition pour obtenir réellement l’épilation définitive d’une zone est d’intervenir au moment du cycle où le poil est en phase de croissance. Car sur une même zone du corps cohabitent en même temps des « poils » dans les 3 phases de leur vie :

  • La phase de croissance (anagène) du poil = séance laser efficace.

C’est la phase qui aboutit à la formation d’un nouveau poil. Elle dure entre un et trois mois. C’est la seule phase du cycle pilaire où la racine est chargée de mélanine qui absorbera la lumière du LASER.

  • La phase de mort (télogène) du poil = séance laser inefficace.

Elle dure entre 3 mois et 6 mois avant d’aboutir à la chute du poil. C’est une phase de repos durant laquelle le poil tombe, en préparation du développement d’un nouveau poil.

  • La phase de reconstitution (catagène) du poil = séance laser inefficace.

Elle est courte et transitoire, elle marque le début de l’involution du poil lorsque le bulbe (partie inférieure du poil) remonte vers la surface cutanée où il sera expulsé. Le LASER est ici inefficace À un moment donné, seulement 10 à 30% de la pilosité d’une zone est en phase de croissance. Lors d’une séance, seuls ces poils sont donc susceptibles d’être détruits par le traitement au LASER. Un cycle pilaire dure de 4 à 18 mois en fonction de la localisation sur le corps. C’est pourquoi plusieurs séances sont nécessaires (en moyenne, entre 5 et 7 séances réparties sur la durée d’un cycle pilaire complet) pour atteindre tous les poils, et réaliser ainsi une épilation définitive… vraiment définitive.

UN RENDEZ-VOUS ?

Chargement...